Tinder, chapitre 2: phénoménotechnique de la relation intersubjective.

1. Le primat de l’intersubjectivité Un sujet n’est sujet qu’en tant qu’il existe au sein d’une intersubjectivité. Celle-ci relève du trans-individuel, elle précède conceptuellement et historiquement l’individu ; elle l’accompagne au présent, lui fournit les modalités de son individuation psychique ; elle forme le champ de ses mois possibles ; elle se tient au devant de lui comme …

Lire la suite de Tinder, chapitre 2: phénoménotechnique de la relation intersubjective.

Tinder, chapitre 1: rappel marxien

Dans un élan mêlé de curiosité, de nihilisme, d’esseulement affectif et d’investigation en philosophie du social, je me suis inscrit sur Tinder. L’accélération que cet événement représente dans mon vécu phénoménologique à l’échelle d’une vie m’a donné l’intuition de la métamorphose sociale qui se cristallise dans ce dispositif socio-numérique. Le présent essai voudrait rendre compte …

Lire la suite de Tinder, chapitre 1: rappel marxien

L’industrie sans visage, l’usurpation de l’imaginaire

L’industrie sans visage L’industrie n’a pas de visage, pas de figure. Si elle veut se montrer, si elle veut descendre dans le monde sur l’échelle de la publicité ; il lui faut préalablement en emprunter un déjà existant, et, comme réservoir à figures, rien n’est jamais meilleur que l’imaginaire . Là s’y trouve en effet tous …

Lire la suite de L’industrie sans visage, l’usurpation de l’imaginaire

Lorsque le papier toilette se mit à aimer

Face à un « je t’aime » imprimé sans retenue sur chacun des coupons, nous sommes momentanément désarmés. Quel peut bien être la fonction d’un tel message ? A qui s’adresse-t-il ? Qui parle ? Est-ce le papier à nos fesses ? Son concepteur à ses clients ? Non, cela serait grotesque et de mauvais goût, il doit y avoir une autre réponse. Ce papier estampillé d’amour doit avoir des raisons secrètes qu’il faut dévoiler... (suite)

Fête du slip à Lausanne : dé-genrer sans déranger.

Il m’a été proposé d’être projectionniste à la fête du slip de 2018, où j’ai projeté deux séries de courts pornographiques. Cette subite immersion dans quatre heures de porno alternatif et la séance de questions-réponses avec quatre des acteurs m’a fournit, plus qu’une expérience esthétique remarquable, un sentiment de participer à une certaine forme d’art …

Lire la suite de Fête du slip à Lausanne : dé-genrer sans déranger.